vendredi 24 février 2017

STOP LINKY encore !



REUNION PUBLIQUE


Mercredi 1er Mars 

à 20h

Salle des fêtes de Maureillas


Projection et débat sur la pose des compteurs électriques LINKY


Pourquoi ? Comment ?

Quelles garanties ?

Quels risques ?


Entrée libre

samedi 28 janvier 2017

STOP LINKY



Conférence-débat 

Les nouveaux compteurs Linky     

 AMELIE LES BAINS  

Mardi 31 janvier  20h 

Salle du Petit congrès à la mairie


lundi 9 janvier 2017

Stop - CETA

Rendez vous sur le marché devant la mairie à partir de 10H samedi 21 janvier

A l’initiative du collectif stop TAFTA, l’année 2017 doit stopper le CETA (accord avec le Canada) qui nous entraînerait vers une catastrophe écologique sociale et économique assurée.


Il  est  soumis au vote en février au parlement européen. Des liens et outils sont mis à la disposition des citoyens pour interpeller les eurodéputés et leur demander de voter contre https://www.collectifstoptafta.org/actu/article/appel-pour-une-journee-d-action-europeenne-le-21-janvier

Vallespir Terres Vivantes s’engage  sur le marché de Céret le samedi 21  Janvier (comme dans d’autres villes) pour distribuer des cartes postales à envoyer aux députés et faire connaître notre refus de voir l’avenir marchandisé par des grandes multinationales et des politiques irresponsables.



vendredi 9 décembre 2016

Prochaine assemblée générale

  

Mardi 17 janvier 2017 à partir de 20h

salle de l'Union 1er étage



Communiqué de presse de FRENE 66

Communiqué de presse du 8 décembre 2016

L'URBANISATION EN DELIRE VA-T-ELLE ETRE SANCTIONNEE ?

Demain se tiendra dans l'ambiance feutrée du tribunal administratif de Montpellier une importante audience concernant les plans d'urbanisation et d'artificialisation du territoire des Pyrénées-Orientales.

A la requête de la FRENE 66 et de sept autres associations locales de défense de l'environnement, les juges examineront  les schémas de cohérence territoriale, à savoir le SCOT Plaine du Roussillon et  le SCOT Littoral Sud.

Ces documents adoptés par les grands élus des communautés de communes et de l'agglomération de Perpignan font la part belle au gaspillage des terres agricoles et naturelles. Ils sont pour les associations incompatibles avec les lois supérieures de protection de la montagne, du littoral et des sites.

Ces SCOT permettent aux maires d'envisager des dérogations pour toutes sortes de projets prétendument « stratégiques », à savoir les ZAC commerciales,  les lotissements, les golfs et autres caprices communaux sous le prétexte, devenu rengaine, de la création d'emplois (mais surtout de taxes).

Au moment où un grand nombre de communes, comme Le Barcarès, Saint-Estève, Saint-Cyprien, Argelès ou Collioure se préparent à adopter des plans locaux d'urbanisme hyperboliques dans la consommation d'espace, il serait temps qu'un coup d'arrêt soit donné pour respecter le territoire catalan et son patrimoine naturel et agricole.

Le tribunal examinera aussi les excès de l'urbanisme côtier avec le permis de construire délivré par le maire de Port-Vendres pour un hôtel dans l'espace protégé du Cap Béar.


Une délégation associative se rendra au Tribunal administratif de Montpellier demain à 9H30.


************************************************************************

L'association Céret Nature Environnement soutenue par Vallespir Terres Vivantes a fait le déplacement au tribunal administratif de Montpellier le 9 décembre.
Le SCOT Plaine du Roussillon sera vraisemblablement annulé alors que celui du Littoral Sud, non.
Mais nous ne sommes pas au bout de nos surprises ! Et il y a toujours possibilité de faire appel.
Réponse du tribunal dans 3 à 4 semaines... 

mardi 6 décembre 2016

CINÉ-DÉBAT : Habitat Participatif : "1+1=3". 9 décembre au ciné cérétan à 20heures

"1+1=3"
Vendredi 9 décembre 20 heures,
au cinéma "le Cérétan"
à Céret

Projection du film «1+1=3»: qui présente ce qu’est l’habitat participatif à travers de nombreux témoignages tirés d’expériences récentes dans l’Est de la France. Cette séance sera suivie d’un temps d’échange avec la salle.


Film : L'habitat participatif : 1+1=3


Ce film de 40 minutes présente ce qu'est l'habitat participatif à travers de nombreux témoignages tirés d'expériences récentes dans l'Est de la France.
Il raconte des histoires, des histoires de gens qui un jour ont osé 'vivre ensemble autrement'. Avec leurs joies, leurs espoirs et parfois leurs doutes.
Pourquoi en France renaît l'idée de construire à plusieurs un lieu de vie, sans promoteur et en-dehors des sentiers battus ? Comment les pouvoirs publics peuvent-ils aider les citoyens ?

Film et vidéo conçus par Eco-Quartier Strasbourg (réalisation : Anne Burgeot) dans le cadre du partenariat entre la Ville de Strasbourg et Eco-Quartier Strasbourg

dimanche 6 novembre 2016

STOP LINKY: Conférence Mercredi 9, novembre - 14H30 - Arles sur Tech

La pose des nouveaux compteurs électriques Linky présente différents problèmes qui inquiètent la population : Hausse des prix, mise en cause des libertés, santé, incendies…
Pour ces raisons, la Ligue des droits de l’homme demande un moratoire et 268 communes s’opposent à ce jour au Linky, dont Caen et St Denis, villes de plus de 100 000 Habitants et plusieurs communes des Pyrénées Orientales, notamment Ille sur Têt.
Pour en savoir plus, notre association accueille Stéphane Lhomme, élu de St Macaire en Gironde, première commune de France qui s’est opposée à ces compteurs communicants.
Mercredi 9 novembre
14h30 salle de la MASA
à ARLES sur TECH
Conférence-débat
Avec Stéphane LHOMME

Infos sur vallespirterresvivantes.blogspot.com


dimanche 23 octobre 2016

16ème Eco-Festival - Vidéo reportage

Céret, le 16 octobre 2016

 Réalisé par l'association EoDianoïa

 

Plan national de gestion des matières et déchets radioactifs (PNGMDR 2016-2018)

Participez à la consultation publique sur le plan national de gestion des matières et déchets radioactifs (PNGMDR 2016-2018)
et dites NON au recyclage des déchets dits très faiblement radioactifs
dans votre environnement quotidien

Le 5 octobre dernier, nous vous alertions sur l’ouverture d’une consultation publique sur le plan de gestion des déchets radioactifs : 7 documents, plus de 500 pages et moins de 4 semaines de délai !
Nous avons effectué une lecture rapide des documents les plus importants et nous vous proposons de vous mobiliser sur un aspect particulièrement inquiétant du dossier : la demande faite à EDF et AREVA d’avancer sur un projet d’installation permettant le traitement et la décontamination partielle des métaux contaminés puis leur libération sans contrainte vers l’industrie conventionnelle.
Le recyclage dans le domaine public est aujourd’hui interdit par le code de la santé publique : seul le recyclage dans des filières nucléaires contrôlées est autorisé. Pour contourner cet obstacle, le projet d’arrêté demande aux exploitants de préparer les éléments nécessaire à l’obtention d’une dérogation.
Vous trouverez ici un premier niveau d’explication. Le sujet est complexe et il faudra du temps pour rédiger des documents plus complets. Il est cependant important de ne pas rater ce premier rendez-vous. Les hauts responsables qui s’apprêtent à modifier la règlementation doivent savoir dès maintenant que ce projet risque de rencontrer une forte opposition dans l’opinion publique.
Comment agir ?
Il vous suffit de vous rendre sur le site des consultations publiques du ministère de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer et d’y déposer un commentaire. 
Il vous faudra ensuite cliquer sur :
Vous devrez indiquer : 1/ votre nom ou votre pseudo ; 2/ votre adresse mail ; 3 / le titre de votre message ; 4/ votre commentaire.
Si vous n’avez pas le temps d’analyser les textes et/ou de rédiger vos propres commentaires, vous trouverez ci-dessous le texte que nous vous proposons d’utiliser. Vous pouvez le copier et le coller directement dans la rubrique « texte de votre message ». Vous êtes libre, bien sûr, de le modifier ou de l’enrichir en fonction de vos convictions.
Propositions de titre 
Non au recyclage des matériaux contaminés, même très faiblement, dans le domaine public
Oui au recyclage des matériaux contaminés, mais PAS DANS LE DOMAINE PUBLIC
Proposition de commentaire 
Je m’oppose à la dissémination des matériaux contaminés (même très, très faiblement radioactifs) dans les objets de mon environnement quotidien. Les matières et déchets radioactifs issus du démantèlement des installations nucléaires doivent rester dans des filières contrôlées, où les intervenants sont informés, formés et équipés, et qui permettent de garder la mémoire de leur présence.

JE DEMANDE PAR CONSÉQUENT :
1/ Le respect des dispositions de l’article L.542-1 du code de l’environnement qui prescrit que la gestion des déchets radioactifs, et notamment des déchets issus du démantèlement d'installations nucléaires, soit assurée « dans le respect de la protection de la santé des personnes ». Les substances radioactives ont la capacité d’induire, même à très faible dose, des cancers chez les personnes exposées et des maladies génétiques chez leurs descendants.
2/ la suppression de l’article 24 du projet d’arrêté PNGMDRqui demande à AREVA et EDF de travailler sur un projet d’installation qui déroge à l’interdiction inscrite à l’article R. 1333-3 du code de la santé publique. Je demande le maintien, sans dérogation, de l’interdiction d’utiliser les matériaux et déchets contaminés provenant d’une installation nucléaire, pour la fabrication des biens de consommation et des produits de construction.
3/ la modification de l’article 4 du projet de décret PNGMDRqui porte création, dans le code de l’environnement, d’un article D.542-87 relatif à la gestion des déchets de très faible activité (TFA). Je demande que la mention « dans des filières contrôlées » soit ajoutée comme suit :« Le schéma industriel préserve les capacités de stockage en considérant les possibilités de densification des déchets stockés et de valorisation, dans des filières contrôlées, de certains types de déchets TFA. ». 

JE DEMANDE ÉGALEMENT le report à fin décembre 2016 de la date de clôture de la consultation publique afin de pouvoir me prononcer sur d’autres aspects du dossier. Il est en effet impossible d’analyser en moins de 4 semaines plus de 500 pages de documents et de formuler un avis. Le maintien d’un délai aussi inadapté empêcherait ma participation effective au processus de décision et constituerait un déni de droit.







Commission de Recherche et d’Information Indépendantes
sur la Radioactivité

CRIIRAD
29 Cours Manuel de Falla 26000 VALENCE- 04 75 41 82 50